Amoako Boafo (né en 1984 à Accra, Ghana ; vit et travaille à Vienne, Autriche) utilise la peinture pour créer ses personnages séduisants et restaurer la place du modèle noir dans la tradition picturale du Portrait.

 

Ses approches novatrices dans la conception des silhouettes noires et de leurs positions dans un contexte mondial plus large ont forgé sa réputation de jeune figure notable parmi les artistes issus de la diaspora africaine.

 

La lucidité des portraits d'Amoako Boafo les rend fascinants. Ses coups de pinceau sont épais et gestuels, ils atténuent les contours du corps presque jusqu'à l'abstraction. Le point focal de ses figures accentuées et surélevées, souvent isolées sur des fonds monochromes, est un regard qui empêche ceux qui les voient de les aborder comme ils le feraient habituellement. Les poses sereines et les peaux lumineuses de ses « tableaux-vivants », leur taille imposante et la majesté qu'il dégagent, semblent exiger une plus grande reconnaissance.

 

Après des études à l'Académie des beaux-arts de Vienne en Autriche, il a été récompensé en 2017 par le prix du jury, le Walter Koschatzky Art Prize.

 

Ses œuvres sont entrées dans de nombreuses collections, que ce soient celles d'institutions ou de collectionneurs privés et publics, notamment récemment celles du Leopold Museum (Vienne, Autriche), du Los Angeles County Museum of Art (Los Angeles, E-U), du Solomon R. Guggenheim Museum (New-York, E-U), de la Collection Marieluise Hessel, du Hessel Museum of Art (Annandale-On-Hudson, E-U), le Center for Curatorial Studies, du Bard College (Annandale-On-Hudson, E-U), du Albertina Museum de Vienne (Autriche) et du Rubell Museum (Miami, E-U).

 

Elles ont été exposées en Europe et aux États-Unis dans des institutions telles que, entre autres, le Volkskunde Museum (Vienne, Autriche), la Kunsthalle de Vienne (Autriche), le Mumok (Vienne, Autriche) et le Bass Museum (Miami, E-U).